Interprétariat professionnel

Si nous ne parlons pas la même langue, comment pouvons-nous……

  • … respecter notre cadre déontologique et recueillir le consentement libre et éclairé de notre patient ?
  • avoir un entretien de qualité avec nos patients, indispensable au diagnostic ? (En urgence, l’entretien contribue à établir un diagnostic correct dans 70% des cas (4))
  • dialoguer avec nos patients, les écouter, les rassurer, les faire devenir acteurs de leur prise en charge ?

De nombreuses expériences à l’hôpital ou en ville témoignent des difficultés rencontrées dans la communication avec les patients non-francophones. Il en résulte des erreurs dans la prise des thérapeutiques prescrites, des reproductions d’examens complémentaires inutiles, … avec un impact sur la santé des patients et un accroissement du nomadisme médical.

Cette barrière de la langue et de la culture constitue un véritable frein à la prise en charge de cette patientèle. Les interprètes professionnels permettent, par leur action, d’établir une communication tant culturelle que linguistique, et de faciliter ainsi l’intégration dans le système de santé. (5)(6)

Par son action s’appuyant sur un cadre déontologique, l’URML a permis l’accès à de l’interprétariat professionnel de qualité pour les médecins généralistes libéraux (dans un premier temps).

Des réponses adaptées, différentes et complémentaires … sous quelle forme ?

Interprétariat médical professionnel aux médecins généralistes

Deux types d’interprétariat sont proposés aux médecins :

  • Physique, permettant un meilleur décodage culturel de la communication non verbale, mais nécessitant un délai pour la prise de rendez-vous :
    1. ASAMLA pour l’agglomération Nantaise
    2. APTIRA pour l’agglomération Angevine
  • Téléphonique, d’accès rapide ISM interprétariat

L’accès à ces services est gratuit pour les médecins généralistes libéraux et leurs patients. Les médecins généralistes participant, signent une adhésion au projet, reçoivent « un guide d’utilisation » et participent à l’évaluation du dispositif.

Cette expérimentation est co-financée par l’ARS et l’URML Pays de la Loire pour une durée de 18 mois.

Le déploiement de l’expérimentation se fait en plusieurs étapes :

  • Juin 2017, l’agglomération Nantaise
  • Octobre 2017, l’agglomération Angevine
  • Début 2018, diffusion de l’interprétariat téléphonique à l’ensemble de la région.