Thèmes 2019

  • Janvier : Diététique du nourrisson
  • Février : thème libre
  • Mars : BPCO (thème également retenu pour le DPC)
  • Avril : Vaccinations : les freins, comment motiver ?
  • Mai : thème libre
  • Juin : Applications numériques
  • Septembre : thème libre
  • Octobre : IST (Infections Sexuellement Transmissibles)
  • Novembre : Perturbateurs endocriniens
  • Décembre : thème libre

Mars - BPCO - dpc 2019

Vaccinations : les freins, comment motiver

L’hésitation vaccinale a été abordée sous différents angles pour lesquels vous trouverez ci-dessous les articles classés par items.

Ceux suivis d’une étoile ont retenu l’attention de Laurent Brutus qui a réalisé la recherche et expose sa démarche  bibliographique dans le premier onglet, pour ceux d’entre-vous que cela intéresse.

Vous y trouverez également les sites sur le sujet.

Bonne lecture à tous

Démarche de recherche documentaire


Juin - applications numériques

Laurent  Pons a été notre personne ressource pour ce dossier  documentaire, qu’il connait bien de part son implication avec omniprat, dans le bureau du Kitmédical, et  à la commission télémédecine de l’URML… Il nous propose  ses  sites coups de coeurs, des infos pratiques sur les messageries sécurisées et la téléexpertise, des pistes de réflexion autour du DMP, de la télémédecine…
La fiche cas clinique classique  n’étant pas adaptée au travail en amont de la réunion, nous vous proposons une nouvelle  trame de réflexion, sous forme de Carte mentale (cliquer sur l’image ci-dessous)

  • Carte mentale 2

I -Applications numériques

Avec plus de 165 000 applications mobiles de santé disponibles sur l’Apple store, seule 15 % sont commercialisées pour les médecins. (1)

La frontière qui sépare les applications mobiles, sites web et logiciels, disparaît au profit d’outils utilisables sur tous les supports informatiques.

Dans cette bibliographie, le terme « site-outil-application » sera utilisé indifféremment autant pour les sites web et pour les applications mobiles.

Le numérique en médecine s’ouvre également à la télémédecine, les messageries sécurisées, le dossier médical partagé et les objets connectés.

1)Portail de référencement

  • kitmedical.fr est devenu un incontournable des outils numériques mis à disposition des médecins. Ce site créé par le Dr Bammert de Guérande (44) est gratuit et indépendant, géré par une association de médecins généralistes.
    Il a permis d’extraire une grande partie des informations utilisées dans cette bibliographie.

2)Vaccins

Ce thème a été abordé lors du précédent groupe qualité. Une originalité quand même, avec cette roulette en ligne  créée par le Cres de PACA sur les informations de 2018.

Dans cette catégorie nous trouverons également des conseils pour les voyages à l’étranger.

  • pasteur-lille.fr : ce site présente l’avantage en plus de sa référence, de posséder une carte dynamique permettant un aperçu rapide des maladies tropicales selon la destination.

A noter que la vaccination antiamarile n’est disponible que dans les centres de référence mais, dans les 2 aéroports de Paris, Air France propose tous les jours des vaccinations antiamariles sans rendez-vous, même si vous ne partez pas tout de suite.

3)Pédiatrie

Il existe un grand nombre d’outils numériques sur ce thème. Ces six sélections couvriront la quasi-totalité de votre pratique :

  1. Pas à pas en pédiatrie :  ce site crée avec la société française de pédiatrie nous apporte un grand nombre d’arbres décisionnels clairs utilisables dans notre quotidien.
  2. Eruptions cutanée de l’enfant : « Docteur, mon enfant a des boutons, c’est quoi ? » un grand classique mais qui reste une référence permettant une diagnostic rapide et fiable, en un coup d’œil.
  3. Pédiadoc.fr : une aide potentielle et un support à nos consultations quotidiennes de suivis des nourrissons. La prise en charge de la santé de l’enfant en premier recours est une mission du généraliste.
  4. Lait.fr : comment sélectionner le lait le plus approprié parmi toutes les offres commerciales. Lait.fr nous conseille très bien. Une inscription gratuite est nécessaire.
  5. Troubles du langage : Decliclangage vous accompagne en vous rappelant les signes d’alertes et les liens vers les outils d’évaluation. Pourquoi attendre la demande d’un bilan orthophonique pour réagir ? Soyons dans la prévention.
  6. Obeclic vous accompagne pour cette nouvelle consultation de prévention des enfants à risque d’obésité CSO

4)Cardiologie

  • ECGclic est un outil ludique et fiable qui vous accompagne dans la compréhension et l’interprétation d’un tracé électrocardiographique. Les « ? » permettent un rappel rapide en astuces ou images. Cet outil est un véritable compagnonnage dans l’apprentissage de la lecture et de l’interprétation d’une ECG.
  • LDLcible : tout en clic, avec au final une proposition thérapeutique soit diététique, soit médicamenteuse, adaptée aux objectifs cibles. Finit les polémiques pendant les consultations, cette outil fait du sur-mesure.

5)Dermatologie

  • Dermatoclic est un outil indépendant d’aide thérapeutique en dermatologie. Des vidéos sur des gestes techniques simples réalisables en médecine générale (biospies cutanées, exerèses lésions, kystes,..)
  • Réseau mélanome ouest vous invite à estimer le risque de mélanome chez vos patients. C’est un premier pas pour un dépistage ciblé et la recherche de mélanomes.

6)Endocrinologie

  • Obeclic : reste un outil également pour l’accompagnement des adultes avec de nombreux conseils.
  • Diabetoclic : ce n’est pas le plus fluide des sites, mais il est complet. N’est pas utilisable pendant la consultation.

7)Gériatrie 

  • Demenceclic : tout y est, même les conseils de prescription et les tests simples pour la prise en charge de la démence.

8)Gynécologie

  •  Formagym : le changement de contraception est parfois un vrai casse-tête surtout si vous passez d’un implant à une pilule. Site simple et clair.

2 liens vidéos :

Lecrat.fr reste un incontournable qui facilite la prescription pendant la grossesse.

9)Infectiologie

10)Sport

  • Vidal : plus connus pour sa banque de données, le site présente une information complète sur les différents sports, leurs caractéristiques, leurs bénéfices potentiels et leurs contre-indications. Pas très fluide, mais permet une réponse claire.

11)Médecine du travail

  • L’INRS permet d’accéder aux tableaux des maladies professionnelles. Très administratif, mais reste une référence.

12)Pneumologie

Test de contrôle de l’asthme : chez l’adulte et chez l’enfant.

13)Psychiatrie

14)Ophtalmologie

  • Ophtalmoclic : outils d’aide diagnostique et thérapeutique en ophtalmologie. Rapide, clair, utilisable au quotidien.

15)Scores 

  • Prevenclic : accès à des tests adultes ou enfants sur des domaines variés tel que le tabac, le sommeil, la souffrance au travail…. Les questionnaires sont remplis en ligne avec calcul du score et imprimables.
  • Kitmedical page scores : un large choix de références

16)Cotations

  •  Omniprat.org : réalisé en partenariat CPAM-URML des pays de la Loire. Algorithme fiable et validé par la CPAM des pays de la Loire. Accès également à des fiches pratiques autour d’un acte.

17)Moteur de recherche

  •  Doocteur.fr : Doocteur est un moteur de recherche spécifiquement conçu pour les médecins généralistes. Doocteur utilise la puissance de Google à l’intérieur d’un ensemble de sites sélectionnés pour leur pertinence en Médecine Générale. Avec Doocteur, fini de perdre du temps avec Doctissimo ou Santé Magazine.
  •   recomedical.fr : Moteur de recherche des recommandations médicales provenant des agences sanitaires et sociétés savantes.

18)Vidéos

  • Whydoc.fr : site de vidéos crée par le Dr C.Lacroix. Ce site est à conseiller à nos patients. Une vidéo sur la grossesse à conseiller à toutes vos patientes.

II – Télémédecine

 

1)Télé-consultation

Il existe à ce jour une quarantaine de sociétés proposant aux professionnels de réaliser de la téléconsultation. Kitmedical présente les plus accessibles.

L’URML et l’assurance maladie des pays de la Loire livreront prochainement une étude sur les différents outils disponibles sur le marché.

Il faut prendre la téléconsultation comme un service apporté aux patients notamment les plus éloignés d’un médecin, dans les situations où l’examen clinique n’est pas indispensable (HAS).

Les usages peuvent être variés : renouvellements d’ordonnances simples, commentaires sur des résultats d’examens complémentaires, consultations à contenu psychologiques, arrêt maladie sur un symptôme simple nécessitant un arrêt court ou journée enfant malade, conseils aux voyageurs, ….

La téléconsultation ne fait pas « gagner du temps » au médecin puisqu’elle remplace l’examen clinique par une interrogatoire plus précis.

Vous retrouverez sa cotation sur omniprat.org et sur ameli.

La téléconsultation n’est à ce jour remboursée par l’assurance maladie que dans certaines situations.

L’enjeu est majeur. Si les médecins libéraux n’arrivent pas à s’approprier cet outil, des organismes privés le feront uniquement dans un but lucratif sur des motifs s’apparentant plus à du conseil qu’à une consultation médicale.

L’assurance maladie a édité des prérequis à la téléconsultation.

Une aide à l’équipement des médecins libéraux est instaurée via un nouvel indicateur dans le volet 2 du forfait structure à compter de 2019 (paiement en 2020) : + 50 points (soit 350 €) pour l’équipement de vidéotransmission, y compris pour les abonnements aux différentes solutions techniques proposées en matière de recours aux actes de télémédecine.

2)Télé-expertise

Depuis le 10 février 2019, la téléexpertise permet à un médecin de solliciter l’avis d’un confrère face à une situation médicale donnée et d’assurer ainsi une prise en charge plus rapide des patients. Ouverte dans un premier temps à certaines catégories de personnes, elle pourrait s’élargir d’ici fin 2020 à tous les patients.

Les télé-expertises de niveau 1 ne nécessitent pas la connaissance préalable du patient par le médecin télé-expert : il s’agit d’une question circonscrite qui ne nécessite pas de réaliser une étude approfondie de la situation médicale du patient. Par exemple : l’interprétation d’une photographie de tympan, ou de pathologie amygdalienne, la lecture d’une rétinographie, l’étude d’une spirométrie, la lecture de photos pour une lésion cutanée, pour le suivi d’une plaie chronique d’évolution favorable, etc.

L’URML des Pays de la Loire propose une organisation autour de la télé-expertise en cardiologie et en néphrologie. Cette organisation régionale permet de débuter la télé-expertise pour tous les patients avant 2020.

Les outils utilisaient sont aujourd’hui le fax, la messagerie sécurisée MS Santé ou Apicrypt.

Les télé-expertises de niveau 2 nécessitent a priori la connaissance préalable du patient par le médecin télé-expert : il s’agit d’un avis en réponse à une situation médicale complexe après étude approfondie. Par exemple : de la surveillance en cancérologie dans le cadre de la suspicion d’une évolution, du suivi d’une plaie chronique en état d’aggravation, du suivi d’évolution complexe de maladie inflammatoire chronique, de l’adaptation d’un traitement anti-épileptique, d’un bilan pré-chimiothérapie, lors de son initiation, etc.

Pour le médecin requérant, il s’agit d’un forfait annuel : la rémunération est de 5 € par télé-expertise de niveau 1 et de 10 € par télé-expertise de niveau 2, dans la limite de 500 € par an. Le calcul sera réalisé automatiquement par l’Assurance Maladie : aucun acte n’aura besoin d’être facturé par le médecin requérant.

3) Objets connectés

Les objets connectés sont partis intégrantes de la télé-expertise.

L’avenant 6 les listes : oxymètre connecté, stéthoscope connecté, dermatoscope connecté, otoscope connecté, glucomètre connecté, ECG connecté, sonde doppler connectée, échographe connecté, mesure pression artérielle connectée, caméra (utile pour regarder l’état de la peau par exemple) connectée, outils de tests visuels, audiogramme connectés, matériel d’exploration fonctionnelle respiratoire dont le spiromètre et le tympanomètre connectés.

La convention ajoute un indicateur de 25 points (soit 175 €) sur le volet 2 du forfait structure permettant de s’équiper en appareils médicaux connectés.

Téléconsultation en pratique

III – DMP, Messageries,  objets connectés

DMP : Dossier médical partagé

Lancé en 2004, il s’appelait le dossier médical personnel.

Sa version 2 est relancée en 2013 par l’assurance maladie pour apparition officielle en novembre 2018.

Son objectif : mettre à disposition des professionnels une information de parcours de soins autour d’un patient, la plus complète possible, afin de limiter les redondances inutiles d’examens ou de prescriptions.

Il reçoit de nombreuses critiques à sa sortie. La ministre de la santé déplore que les professionnels de santé ne se soient pas appropriés ce dossier médical.

Bien que l’outil DMP soit compatible avec de nombreux logiciels métiers, peu d’entre eux ont une ergonomie intuitive. D’autant Le volet médical de synthèse est sous la responsabilité du médecin traitant alors que ce dernier n’est pas certain de récupérer toutes les données médicales (Ophtalmologie, gynécologie, ..)

L’Asip santé et le HAS font des recommandations sur le contenu du volet médical de synthèse.

Le volet médical de synthèse doit être déposé dans le DMP en format pdf uniquement ce qui nécessite d’écraser les données et non pas d’alimenter au fil du temps.

Le consentement du patient doit être recueille à l’ouverture du DMP.

Un volet vaccination arrivera d’ici 2022 avec un moteur de recherche.

Aujourd’hui chaque DMP ouvert est automatiquement alimenté par les données de remboursement de l’assurance maladie.

Messageries sécurisées

MS Santé était au départ une messagerie sécurisée (type Webmail) proposée par l’ASIP santé pour tous les professionnels de santé. Le terme MS Santé a changé pour décrire l’espace de confiance dans lequel doit évoluer l’ensemble des messageries sécurisées.

La messagerie « MS Santé » initiale de l’Asip santé est devenue Mailiz.

Les messageries sécurisées sont nombreuses, vous trouverez les principales sur la page kitmedical.fr et la liste complète sur l’espace MS Santé .

Les messageries sécurisées peuvent être :

  • Incorporées à votre logiciel métier
  • Disponible au format Webmail, c’est à dire disponible à travers un navigateur internet ( Google Chrome, firefox,…)
  • Disponible sous forme d’application mobile.
  • Ou les 3 propositions avec synchronisation des données.

Elles transportent des informations sous différentes formes :

  • Format HPRIM
  • Format Word
  • Format PDF

Les courriers peuvent être :

  • En fichier joint à télécharger
  • Directement dans le corps du mail

La région pays de la Loire a privilégié pour les médecins libéraux deux solutions existantes et vous propose des fiches d’aides.

L’utilisation d’une messagerie sécurisée fait partie des thèmes du forfait structure des médecins généralistes.

  • Apicypt : Association Apicem créée en 1996 à Bergues (59) est historiquement la première messagerie sécurisée disponible pour les médecins. Son utilisation était initialement pour le format HPRIM 2 des laboratoires de biologie et c’est progressivement ouvert aux échanges entre les différents professionnels de santé par son incorporation dans les logiciels métiers. En 2013 l’Asip impose son espace de confiance MSSanté et Apicrypt ne reçoit pas l’agrément. (2)  EN 2019 la version ApicryptV1 n’est toujours pas dans l’espace de confiance MSSanté et devrait être remplacée par ApicryptV2. Cette dernière peine à démarrer en raison d’un  paramétrage compliqué.  ApicryptV2 s’appelle APIMAIL en version webmail.
  • Mailiz :  messagerie sécurisée de l’Asip. Est disponible pour tous les professionnels de santé. Est disponible en version webmail, format mobile. Attention, les mots de passe ne sont pas forcément les mêmes dans ces 2 versions. Mailiz se synchronise en direct pour les 2 versions. La version mobile permet la réalisation d’une ou plusieurs photos avec l’envoi immédiat à un confrère. Cet usage permet la réalisation rapide d’une télé-expertise.

Attention, les usages en matière de courriers sont assez disparates. Nos courriers empruntent un trop grand nombre de canaux différents (Messageries dites sécurisées mais obsolètes, messageries sécurisées différentes , la poste, le patient, le fax)  ce qui est responsable d’une perte de données. Alors soyez organisés et rigoureux. D’autant que par défaut, chaque messagerie dépose les courriers dans des fichiers différents.

Les délégué-e-s et les technicien-ne-s informatiques de l’assurance maladie se tiennent à votre disposition pour une aide éclairée.