APIMED

coucou

Les objectifs

  • Améliorer la qualité des soins et l’efficience des prescriptions

Sécuriser le parcours du patient

Développer la culture de la sécurité des soins en pratique quotidienne généraliste.

Donner aux médecins des « indicateurs » permettant d’analyser dans leur pratique les décisions qu’ils prennent

  • Organiser

Développer de nouvelles organisations du travail plus collectives (transversalité, projets professionnels…).

  • Responsabiliser

Analyser sa pratique

Argumenter sa décision

S’engager dans une démarche qualité pérenne

  • Proposer aux médecins généralistes d’un même territoire géographique…
    • De se rencontrer régulièrement pour échanger sur leur pratique et les problèmes qu’ils rencontrent,
    • Confronter sa pratique à celle des confrères, aux données scientifiques actuelles,
    • Sans esprit normatif,
    • D’identifier des projets d’amélioration, élaborer les outils et procédures de mise en application.

 

Tels sont les objectifs d’APIMED – Groupes QUALITE

Un peu d'histoire...

Ce projet a été initié en 2001 par la région Bretagne, dans le cadre d’un partenariat URML/URCAM. En 2008, changement de paradigme institutionnel et mise en place d’un pilotage régional quadripartite : URML/ APIMED/Assurance Maladie/ARS.
Dans ce contexte, en 2009, l’Union Régionale des Médecins Libéraux, l’Union Régionale des Caisses d’Assurance Maladie de la région des Pays de la Loire, à l’instar de la Bretagne, ont décidé de promouvoir ensemble auprès des médecins libéraux, une démarche dont les objectifs sont les suivants :

  1. L’organisation : permettre aux médecins généralistes d’une même zone géographique de se rencontrer régulièrement pour échanger sur leur pratique, de rompre ainsi leur isolement ;
  2. La valorisation : donner aux médecins des moyens afin qu’ils puissent analyser plus facilement dans leur pratique quotidienne les décisions qu’ils prennent ;
  3. La responsabilisation : responsabiliser les médecins en termes d’organisation et de fonctionnement du système de santé dans le cadre d’engagements partagés avec l’Assurance Maladie.

 

…aujourd’hui…

Le partenariat Assurance Maladie/Médecins Libéraux constitue le support de la mise en œuvre des groupes qualité et se traduit au niveau régional, par un rapprochement ARS/ASSURANCE MALADIE/URPS-ML.

Cette démarche, répondant à un cahier des charges national, constitue un mode d’action complémentaire aux différentes actions mises en œuvre par la profession (FMC…) et/ou par l’Assurance Maladie (échanges confraternels, visites DAM…). 

 

 

Six régions engagées

  • Pays de la Loire depuis 2009
  • Bretagne
  • Hauts de France
  • Normandie
  • Centre-Val de Loire
  • Guadeloupe

 

Un cadre institutionnel national

  • Un cahier des charges national
  • La FFGQ (Fédération Française des GQ)

Présidents URML des régions engagées

Présidents APIMED

Coordonnateurs régionaux

  • Un Comité technique inter-régions (COTIR) associant des représentants URML, APIMED, ARS et Assurance Maladie des 6 régions engagées dans la démarche, dont les missions sont :
    • Mutualisation des différents travaux
    • Harmonisation et diffusion des indicateurs aux régions

L'association

Le Conseil d’Administration de l’association APIMED-PL :

  • Dr Luc DUQUESNEL – Président
  • Dr Jean-Baptiste CAILLARD
  • Dr François-Xavier DESCLEVES
  • Dr Christian DUROY
  • Dr Hervé FEUILLETTE – Trésorier
  • Dr Laurent PONS – Secrétaire
  • Dr Mohammad SAMMOUR

 

Le partenariat APIMED-PL/URPS-ML/ARS-PL/Assurance maladie a été formalisé par la mise en place d’un comité de pilotage composé de douze membres :

      Pour l’association APIMED-PL :

Trois membres de l’association dont le président ou son représentant

      Pour l’URML Pays de la Loire :

Trois membres dont le président ou son représentant

      Pour l’Assurance Maladie :

Le directeur coordonnateur de la gestion du risque des caisses du régime général, ou son représentant,

Un directeur de CPAM, désigné par le directeur coordonnateur de la gestion du risque,

Le médecin conseil régional, ou son représentant.

      Pour l’ARS :

La directrice générale de l’ARS ou son représentant,

Deux membres désignés par la directrice générale.

 

Les missions du Comité de pilotage :

Il porte le projet dans sa dimension politique et institutionnelle et définit la stratégie régionale dans le respect du cahier des charges national :

1/ Validation des groupes dans le respect du cahier des charges national

2/ Validation des thèmes (6 thèmes régionaux communs aux groupes)

3/ Évaluation du fonctionnement des groupes :

  • réalise un suivi régulier (avancement des projets, difficultés rencontrées, déroulement des réunions, documentation…)
  • contribue au bilan annuel (« tableau de bord GQ »: dynamique professionnelle, efficience), valide le budget annuel.

Le fonctionnement

Les groupes Qualité sont constitués de 10 à 15 médecins généralistes qui exercent dans la même zone géographique de proximité. Ils sont répartis de façon équilibrée sur la région et impliquent autant les médecins exerçant en milieu rural qu’en milieu urbain. De fait, il ne s’agit pas seulement des médecins les plus motivés et/ou participant habituellement aux rencontres professionnelles type FMC. Dans le cadre des orientations arrêtées, l’association contacte un médecin responsable localement (FMC, CAPS, …) qui est chargé d’apprécier l’intérêt des médecins locaux pour la démarche. La constitution du groupe Qualité est validée par l’association régionale.

L’engagement des médecins

Les médecins s’engagent, à travers les groupes Qualité, à une participation active aux réunions qui se concrétise par une contractualisation individuelle des médecins avec l’association.

Le médecin coordonnateur

Un médecin coordonnateur régional est désigné par l’association pour assurer le lien entre les groupes Qualité. Son rôle est de s’assurer du respect du cahier des charges, de manager les animateurs, d’organiser les formations d’animateurs, de participer à l’évaluation du programme et d’être l’interface entre les groupes Qualité et l’association.

Les médecins animateurs

Chaque groupe est accompagné par un animateur, recruté parmi les médecins de terrain, spécialement formé pour cette fonction.  Son rôle est celui d’un « facilitateur », en aucun cas d’un expert.

 Les thèmes

Les thèmes retenus par l’association doivent répondre à 4 critères :

  • Concerner la pratique quotidienne des médecins
  • Être propres à générer une amélioration des pratiques
  • Être évaluables
  • Correspondre à des données actualisées de la science

Organisation

  • Le fonctionnement repose sur l’organisation de 10 réunions par an.

Ces réunions sont organisées tous les mois, de septembre à juin, et durent environ 2 heures. Chacune d’entre-elles est dédiée à un thème. (6 thèmes communs à l’ensemble des groupes et 4 thèmes libres, à l’initiative de chaque groupe en fonction de leurs besoins ou de projets professionnels).

Suivi et analyse de l’activité : les indicateurs

Pourquoi des indicateurs ?

  • Pour rendre le projet visible et lisible.
  • Pour rendre compte de l’impact de la démarche aux médecins. Ils constituent une aide, un outil complémentaire pour alimenter le débat et mieux comprendre les évolutions des pratiques.
  • La restitution des indicateurs à chaque groupe est semestrielle. Deux des 4 réunions « thème libre » sont consacrées tout ou partie de celle-ci à la présentation des résultats (individuels et collectifs).

 

  • Le retour d’informations (indicateurs ou « profils ») émanant des données de l’Assurance Maladie (données du SNIR), fait partie des fondamentaux des groupes Qualité (Cahier des charges). Sans suivi d’indicateurs, les Groupes qualité perdent leur spécificité, leur dimension politique et leur visibilité inter régionale.
  • Chaque médecin engagé peut comparer ses « profils » à ceux de ses confrères
  • Chaque groupe peut se comparer aux autres groupes
  • L’ensemble des GQ peut se comparer au groupe « témoin » (ensemble des généralistes des Pays de la Loire non engagés dans les groupes Qualité)

 

Deux types d’indicateurs sont proposés :

  • Un indicateur « médical » pour les thèmes « cliniques »
  • Un indicateur « économique » sur les dépenses engendrées par les prescriptions de pharmacie.

La période étudiée par thème est le semestre. Les données présentent la valeur de l’indicateur sur la période étudiée ainsi que son évolution par rapport à la même période de l’année précédente.

 

Les nouvelles modalités d’élaboration et de diffusion des indicateurs permettent, une approche d’analyse inter-régionale qui se traduit par la possibilité de comparer :

  • L’ensemble des GQ de chaque région de se comparer entre-elles
  • L’ensemble des GQ des 6 régions engagées dans la démarche GQ de se comparer au groupe « témoin » des 6 régions (ensemble des généralistes des 6 régions ne faisant pas partie des GQ)

Thèmes

2017

  1. Quand prescrire une électrophorèse des protides, comment l’interpréter ?
  2. Insuffisance rénale chronique : évaluer, prévenir son aggravation, quand adresser au néphrologue ?
  3. La consultation de l’adolescent : les bonnes questions à poser !
  4. L’ostéoporose en 2017 : faut-il revoir nos stratégies thérapeutiques ?
  5. Octobre – Certificats médicaux : attention aux pièges
  6. Les régimes « sans » (gluten, lactose, protéine animale, etc) : « pas assez d’infos et beaucoup d’intox ».

 

 

2016

  1. Les antidépresseurs : pour quels patients ? bénéfices/risques ?
  2. L’enfant allergique : bilan et prise en charge
  3. Le pied douloureux : bilan et prise en charge
  4. Les troubles mictionnels de l‘adulte : bilan et traitement médicamenteux
  5.  Le patient coronarien : prise en charge coordonnée généraliste-cardiologue
  6. Nomenclature : comment mieux l’utiliser en pratique ?

 

2015

  1. Statines : pour quels patients ? A quelle dose ?
  2. Les morphiniques, les nouvelles formes galéniques, les règles de prescription
  3. DNID : nouvelles recommandations, nouvelles pratiques ?
  4. Vertiges : clinique, diagnostic, prise en charge
  5. Sécuriser nos prescriptions médicamenteuses chez le sujet âgé
  6. Dermatologie du généraliste : prise en charge des dermatoses courantes (les anti-acnéiques du généraliste)

 

2014

  1. Le patient en situation d’urgence au cabinet médical
  2. Hiérarchiser nos prescriptions d’imagerie médicale
  3. « Antibiothérapie » à partir des nouvelles données d’évaluation (Dose Définie Journalière). Quand prescrire une C3 chez l’enfant et chez l’adulte ? Quand prescrire une fluoroquinolone chez l’adulte ?
  4. Urgences psychiatriques : crise suicidaire, les nouvelles modalités d’hospitalisation, les neuroleptiques
  5. Comment dire « NON » à une demande de renouvellement d’une prescription d’hypnotique d’un patient ? Les risques pour le patient, le cadre réglementaire (nouveautés 2014 !), comment faire pour s’en passer ?
  6. Réflexion critique sur nos prescriptions d’examens biologiques

 

2013

  1. Le patient insuffisant cardiaque chronique
  2. Rhumatismes inflammatoires de l’adulte : diagnostic et prise en charge
  3. Le médecin généraliste et le patient parkinsonien
  4. Les nouveaux anticoagulants : indications, bénéfices / risques et prescriptions hors AMM
  5. HTA sujet âgé de plus de 80 ans : bénéfices / risques
  6. Évaluation de la dépendance du sujet âgé en soins primaires et prise en charge (organisation du parcours de soins)

 

2012

  1. Prise en charge AVC
  2. Maladies professionnelles
  3. Insuffisance rénale chronique
  4. Arrêts de travail
  5. BPCO
  6. Explorer une dysthyroïdie

 

2011

  1. Hypnotiques
  2. Le patient diabétique
  3. Suivi de la grossesse à bas risque
  4. Infections urinaires
  5. Evaluation et prise en charge du risque cardiovasculaire
  6. AVK et héparines

 

2010

  1. Asthme
  2. HTA
  3. Ostéoporose
  4. Lombalgie et lombosciatique aigue
  5. Antibiothérapie infections respiratoires
  6. Prescription des statines

 

2009

  1. IPP/Médicaments à visée gastrique
  2. AINS
  3. Poly médication personnes âgées
  4. DNID
  5. Antidépresseurs